Le procès " Stranger Things "

Illustration
Publié dans Dossiers
04/07/2019 à 21:26 5 2644

Dans un peu moins de 2 mois sortira la prochaine saison tant attendue du show phare de Netflix. Une troisième saison qui fera office de pont entre l’introduction et la conclusion de cette histoire. Malgré ce bel ensoleillement, un nuage plane à l’horizon : les frères Duffer doivent passer par un procès devant jury mardi prochain.

Stranger Things est célèbre pour avoir poussé la nostalgie des années 1980 vers de nouveaux extrêmes ; chacun des épisodes comporte son clin d'oeil à un classique du cinéma des années 80. Il est dès lors imaginables que les créateurs du show de Netflix soient ciblés en justice pour plagiat. Mais ce n'est pas John Carpenter ou Stephen King qui les a attaqués. Au printemps 2018, Charlie Kessler, un cinéaste jusqu'alors inconnu, affirme que les créateurs de Stranger Things, Matt et Ross Duffer, ont volé son idée. Il décide de porter plainte et demande le tiers de la recette qu’a produit la série.

Pas de panique néanmoins, le plaignant a renoncé à exiger l'annulation de la série, mais souhaite recevoir sa part du gâteau. Le procès aura pour but de savoir si M. Kessler a réellement eu une influence sur la création de Stranger Things. Retour sur les faits.

Les faits - Violation d'un contrat implicite ?

Tribeca

Le 21 avril 2014 lors du festival du film de Tribeca à New-York, Matt et Ross Duffer discutent durant une quinzaine de minutes avec un cinéaste américain du nom de Charlie Kessler. Lors de cette discussion, M. Kessler a présenté aux frères jumeaux ses idées pour son projet de long métrage, qui consiste à développer son récent court-métrage réalisé en 2012 et qui s'intitule : Montauk.

Le 2 avril 2018, soit presque deux années après la sortie de la saison 1, Charlie Kessler dépose plainte dans l’État de Californie contre les créateurs du show. Il indique que Matt et Ross Duffer aurait violé un contrat implicite, soit que les Duffer auraient utilisé sans droit ses idées pour créer la série Stranger Things. Kessler ne les attaque donc pas pour violation du droit d’auteur, mais pour rupture d’un contrat qui aurait été conclu sans être formellement exprimé comme tel.

Ainsi le plaignant (Charlie Kessler) affirme qu’à la fin de leur fameuse discussion en 2014, tout le monde s’était compris pour ne pas développer ce projet individuellement sans indemniser l’autre.

D’autre part, Kessler explique que les défendeurs (Matt et Ross Duffer) avaient initialement nommé leur série « The Montauk Project » avant de valider le titre que nous connaissons. Les frères jumeaux ont répondu que suite aux difficultés rencontrées lors du repérage à Long Island, ils ont décidé de changer, en plus du lieu de tournage, le nom de leur série.

Toutefois, il sied de rappeler que le "projet Montauk" est surtout une célèbre théorie du complot née aux États-Unis à la fin du 20ème siècle, avant d'être le titre du projet de Kessler ainsi que celui des Duffer.

The Montauk Project

Montauk

Le projet Montauk est une théorie de conspiration qui allègue qu'une série de projets secrets du gouvernement des États-Unis a été menée au Camp Hero ou à la base aérienne de Montauk, à Long Island, dans le but de développer des techniques de guerre psychologique et des recherches, y compris des voyages dans le temps. L'histoire du Projet Montauk a pris naissance dans la série de livres du Projet Montauk de Preston Nichols.

Des histoires sur le Projet Montauk circulent depuis le début des années 1980. Selon Jacques Vallée, chercheur sur les ovnis, les récits de l'expérience de Montauk semblent provenir du récit de Preston Nichols, qui prétend avoir retrouvé des souvenirs refoulés de sa propre implication et affirme qu'il est périodiquement enlevé pour continuer sa participation contre son gré.

Nichols est l'auteur d'une série de livres, connue sous le nom de Montauk Project. Ces derniers portent sur des sujets tels que les expériences du gouvernement des États-Unis sur des êtres humains dans des domaines comprenant le voyage dans le temps, la téléportation, le contrôle de l'esprit ou le contact avec la vie extraterrestre.

Demogorgon

Dès lors, le court-métrage de Kessler, Montauk, réalisé en 2012, s’inspire de cette légende. En effet, le décor de son histoire prend place à proximité d'une base gouvernementale où de sombres expériences sont menées sur un enfant. Toutefois, il y a quelques différences entre son projet de long-métrage et la série des frères Duffer :

  • L'enfant qui a disparu subit par la suite ces expériences morbides ;
  • Cet enfant obtient des pouvoirs spéciaux, dont celui de controler la météo ;
  • Des personnes voyagent dans le temps, d'une décennie à une autre ;
  • Le monstre arrivant à Montauk est la copie conforme du jouet de l'enfant ayant disparu. Le monstre a été créé par l'enfant et représente la souffrance et la haine emmagasinée en lui.

Bien que le plan initial de chacune des deux histoires semblent identiques sur certains points, les frères Duffer ont tenu à prouver que Stranger Things était présent dans leur esprit dès 2010, soit 4 années avant leur rencontre avec M. Kessler. Pour cela, ils ont envoyé au juge de la Cour supérieure de Los Angeles des mails datant de 2010 et de 2013 concernant l'élaboration d'une série au "parfum eighties, avec des expériences menées sur des enfants, un monstre d'une autre dimension et un shérif qui enquête sur la disparition d'un garçon".

Malheureusement, le juge susmentionné n'a pas estimé ces mails suffisamment pertinents pour affirmer une totale indépendance lors de la création du show. Il a dès lors décidé que cette affaire sera jugée lors d'un procès devant jury du mardi 7 mai au vendredi 10 mai.

L'avis des avocat(e)s américain(e)s

Lawyer

Selon plusieurs avocats du droit du divertissement qui se sont entretenus avec Pitchfork (site web basé à Chicago), l'avocat de Kessler aura du pain sur la planche lorsque l'affaire sera jugée le 7 mai prochain.

"Tout cela est un feu de paille", dit Meredith Rose, conseillère en politiques à Public Knowledge, une organisation à but non lucratif qui prône la liberté d'expression. "Vous ne pouvez pas protéger un concept par le droit d'auteur." À cette fin, Kessler ne poursuit pas les Duffer pour violation du droit d'auteur. Il les poursuit pour rupture de contrat implicite. En termes humains, cela se traduit par : " Nous avons parlé, nous sommes tous partis en pensant que nous nous étions engagés à nous associer pour ce projet. Puis, les autres gars ne se sont pas associés à moi, et je pense qu'ils ont quand même utilisé les idées que je leur ai données dans cette conversation ", dit Rose.

Prouver tout cela, en particulier la partie où tout le monde s'en va en pensant qu'il s'était engagé à s'associer, " est incroyablement difficile à faire ", ajoute-t-elle. "C'est pour ça que tu as toujours tes contrats par écrit afin de faciliter la preuve de tes dires."

Court of law LA

"De plus, il y a la question de "concept" que Kessler revendique comme étant le sien qui est basé sur une vieille théorie de conspiration appelée Montauk Project, qui soutient qu'il y avait des expériences secrètes du gouvernement américain impliquant une guerre psychologique, un voyage dans le temps et une téléportation sur une base militaire à Montauk, Long Island. Cela sape encore plus la prétention d'originalité de Kessler", explique Jeff Becker, qui dirige le département divertissement d'un autre cabinet juridique. "Avant même Stranger Things, il y avait les Montauk Chronicles, un film sorti en 2014 qui s'inspirait aussi du projet Montauk."

Bill Hochberg, avocat dans un cabinet de divertissement, convient que ce nouveau précédent pourrait étouffer la créativité dans le monde de la télévision et du cinéma en cas de victoire de Charlie Kessler : "Si chaque fois que quelqu'un venait vous voir à une fête avec une idée intéressante, vous deviez vous arrêter et conclure un accord de non-divulgation, ce ne serait pas une fête très amusante."

Quelles conséquences pour la série ?

Eleven

Tout d'abord, un jury entendra les arguments des avocats pour déterminer si les frères Duffer ont effectivement pris l'idée de Kessler et sont responsables de la violation du contrat (si ce dernier existe). Si le jury détermine qu'il y a responsabilité de ceux-ci, un deuxième procès portera sur les dommages-intérêts (soit, une somme d'argent en général).

Le procès devant jury en matière civile dure en général 4 jours. Au vu de l'ampleur médiatique, nous connaîtrons la décision du procès en fin de semaine prochaine. Ce que semblent risquer les frères Duffer, en sus de verser une somme importante en cas de perte du procès et d'une image sociale gênante, est la divulgation de parties de l'intrigue de la saison 3, voire des saisons suivantes. Cela peut leur être demandé afin de vérifier qu'ils ont bien construit Stranger Things de A à Z sans reprendre les idées du script de M. Kessler.

Quelque soit l'issue de cette semaine quelque peu tendue, la promotion pour la prochaine saison pourra reprendre de plus belle par la suite, avant de lever le rideau le 4 juillet et nous exposer de magnifiques feux d'artifice.

Commentaires

Fonky-M Rédac'
Il y a à boire et à manger là dedans, soit Kessler a vraiment eu des idées concernant la série soit c'est un baratineur qui cherche un gros chèque. Il y a surement un peu des deux, ce qui explique ce soudain retrait de plainte . Toujours est il que prouver que les Duffer lui ont volé son idée relève du domaine de l'utopie dans la mesure où il n'a lui même jamais mis en œuvre son idée (donc ce n'est pas du plaigiat) et où rien n'a été signé entre les deux parties et qu'un accord verbal ne vaut rien (demandez aux frères McDonalds comment ils se sont fait entuber par Ray Kroc). Bref l'affaire est close même si je ne faisais vraiment aucun soucis pour la suite de la série.
Update, la plainte a été retirée ^^
Sûrement un petit chèque glissé sous la table, on ne saura jamais mdr
MadMax Rédac'
Bonne nouvelle : Charlie Kessler a finalement décidé de retirer sa demande hier aux alentours de 16 heures à Los Angeles. Il reconnaît que son travail n'a aucun lien avec la création de Stranger Things.

Voici le lien pour ceux ou celles qui souhaitent en lire plus : https://www.hollywoodreporter.com/thr-esq/stranger-things-lawsuit-dropped-eve-trial-1207518

Commenter

Il faut être connecté sur notre site pour pouvoir commenter. L'inscription est rapide, facile et gratuite.
Vous souhaitez : ou ?

Dans la catégorie Dossiers...

La culture pop en 1985

Illustration

La culture pop en 1985

24/05/2018 à 13:43 7

Pourquoi la sexualisation de Millie Brown et Finn Wolfhard pose-t-elle problème ?

Illustration

Pourquoi la sexualisation de Millie Brown et Finn Wolfhard pose-t-elle problème ?

27/12/2017 à 16:55 15